Interventions
complementaires

Interventions complementaires

Liposculpture du pubis

Bien souvent la graisse peut s’accumuler sur la zone pubienne, partie du corps comprise entre les organes sexuels et le bas ventre, aussi appelé mont de Vénus chez la femme.
Cet excédent graisseux, dysharmonieux, vient souvent cacher une partie du pénis, donnant ainsi une impression d’une verge plus courte, voire invaginée à l’intérieur du ventre.

Une liposculpture peut alors être pratiquée, c’est à dire l’aspiration de cet excédent graisseux à l’aide d’une fine canule. L’intervention se fait sous anesthésie locale ou générale, en ambulatoire, pouvant être associée ou non à la pénoplastie.

Les suites postopératoires sont simples. Seul la présence d’un œdème indolore mais souvent important des organes génitaux peut apparaître pendant une semaine. D’où l’intérêt de porter une culotte ou un boxer gainant afin de limiter cet œdème. La douche est autorisée dès le lendemain.

Le résultat est obtenu à un mois sachant qu’il faudra six mois pour qu’il soit encore mieux et définitif.

Le prix varie de 1800 euros à 2500 euros.

Lifting des bourses

C’est une intervention peu répandue et qui pourtant apporte un confort immédiat sur des bourses distendues, sources souvent de douleur, de gêne esthétique et fonctionnelle ressentie lors des rapports sexuels avec une grande mobilité durant les rapports.

Elle s‘adresse autant à des jeunes avec un excédent cutanée qu’à des hommes mûrs ayant subit une distension au fil des années.

L’intervention, le plus souvent sous anesthésie générale et en ambulatoire, consiste simplement à remonter les testicules en diminuant la surface de la peau qui les recouvre.

La cicatrice est pratiquement invisible sur cette peau fine et cachée en dessous des bourses.

Les suites opératoires sont très simples, la cicatrisation est obtenue en 15 jours et les rapports sexuels repris après 1 mois.

Le prix : 3000 euros